BIENVENUE

Des petites histoires à retrouver avec plaisir ou à faire découvrir à vos enfants


mercredi 5 décembre 2012

Le flocon d'argent





Joëlle Di Sangro, présidente du cercle littéraire de Graffigny, a imaginé une rencontre merveilleuse et bouleversante

La nuit tombait sur décembre et les vitrines répandaient leur halo lumineux sur le trottoir où les passants se hâtaient. Elle n'attendait plus rien assise sur le bord des marches devant une boutique, un grand sac posé auprès d'elle. Ses cheveux d'un gris sale, son vieux manteau élimé, et jusqu'à cette manière de se tenir voûtée comme totalement immergée en elle-même, recentrée sur sa misère… (On dit : "précarité") les passants se faisaient plus rares, c'était l'heure qu'elle redoutait le plus, l'heure où l'on ressent plus profondément la différence… chacun se presse, pour retrouver l'intimité d'un foyer, le confort, même minimal d'un chez-soi… et la chaleur !
La chaleur qui, elle le sait, va dans un trop court moment, lui faire cruellement, insidieusement défaut… sa vie s'est figée sur cette séquence pitoyable, et plus aucun recourt ne lui est possible pour "repasser le film à l'envers" et comme elle le voudrait tant, prendre un chemin de traverse.
Elle en est là de ses pensées lorsque la porte d'un restaurant voisin s'ouvre pour laisser passer, dans le brouhaha des conversations un groupe de personnes ne lui prêtant pas la moindre attention – ce qui, d'ailleurs, lui apporte un étrange sentiment de soulagement et la voit d'enfoncer un peu plus dans l'ombre – lorsque le dernier des convives s'arrête devant elle, lui tendant une pièce de monnaie.
Interdite, elle lève les yeux et, stupéfaite, a beaucoup de peine à contenir son émotion… dans son esprit, le temps défile et sa mémoire la ramène aux jours de sa jeunesse, quelques trente ans plus tôt…
Alors, les jours étaient pleins de soleil ! Sa jeunesse, sa beauté lui étaient éternelles tout comme l'insouciance dans laquelle baignaient ses jours. Tellement heureuse, si vive, si sûre d'elle que tout lui souriait !
C'était le temps doré où elle l'admirait tant, lui, si plein de vie et de talent, débordant de joie de vivre et pressentant obscurément que le cours de sa destinée s'inscrirait en lettres d'or !
Elle suivait avec passion chaque étape de la légende qu'elle voyait s'écrire avec émerveillement, mais répugnait à se comporter en "groupe", quémandant des autographes et des photos. Pourtant, un jour, elle s'était enhardie jusqu'à faire un geste qu'il avait aimé puisqu'un bref sourire s'était inscrit dans ses yeux à son départ…
Voilà ce qu'étaient ses pensées, à la vitesse où l'on voit, lorsqu'on joue sa vie, celle-ci défiler devant soi.
Alors, prenant la main qu'on venait de lui tendre, elle dit :
- Merci, vous savez, je suis un peu sorcière, laissez-moi regarder les lignes de votre main.
Amusé, il lui abandonna sa main qu'elle prit en tremblant… et sans lever les yeux pleins de larmes, elle dit d'une voix qu'elle sur rendre anodine : 
- Il y a trente ans, une jeune femme vous donna un flocon d'argent. Un flocon d'argent monté en breloque
Et, elle entendit, bouleversée, cette réponse :
- Je l'ai toujours
Perplexe, il regarda cette femme voûtée, qui n'osait croiser son regard… Le temps pressait, ses amis s'étaient éloignés,. Il hâta le pas et disparut dans la nuit.
Elle, lentement, leva les yeux : le ciel était plein d'étoiles… et il ne ferait pas si froid cette nuit !
Voyant quelques passants arriver à quelques pas d'elle, elle prit son sac, son portefeuille vide et, l'appliquant à son oreille, s'engagea dans une conversation animée, laissant croire qu'elle attendait avec impatience que l'on vienne la chercher.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...