BIENVENUE

Des petites histoires à retrouver avec plaisir ou à faire découvrir à vos enfants


samedi 24 décembre 2011

Le secret du vieil érable à sucre


Il était une fois un très vieil érable à sucre qui ne perdait jamais ses feuilles que le dernier dimanche de l'Avent, juste avant Noël. Les autres arbres de l'érablière se disaient entre eux, avec respect, mais tout de même, qu'il y avait sûrement de l'entêtement chez ce vieil arbre à vouloir conserver ses feuilles quand tous les autres les avaient perdues, ou qu'il savait quelque chose que les autres ne savaient pas. Mais comme c'était un érable qui était très, très vieux et sage, les autres arbres ne lui en tenaient pas rigueur.

Il était aussi une jeune femme qui décida, ce Noël-là, d'aller retrouver ses vieux parents, qui habitaient à la campagne. Elle était triste, car elle savait que ce serait le dernier Noël à la ferme : ses parents avaient décidé de vendre leur ferme pour s'établir au village. Elle songeait à tous les beaux souvenirs qui, bientôt, ne seraient plus que… souvenirs !



 À peine arrivée chez ses parents, la jeune femme alla se promener dans la forêt voisine, terrain de jeu de son enfance. Une tempête s'abattit bientôt sans prévenir sur la région. Le vent se mit à souffler, et on ne vit plus ni ciel ni terre. Afin de se protéger de la neige, du froid et du vent cinglant, elle vint trouver refuge dans l'érablière, sous le vieil érable, dont son père disait toujours :
"Je ne sais pas ce qu'il a celui-là. Il ne perd jamais ses feuilles".


Elle commença à avoir froid. Pour la réchauffer, le vieil érable à sucre se dit :
"Je vais secouer mes branches et perdre quelques feuilles, et ça lui fera un lit".
Bientôt, la jeune femme put s'étendre bien au sec pour se reposer. Puis le vieil érable pensa :
"Mais, elle va geler. Je vais la recouvrir de feuilles pour la réchauffer".
Il secoua de nouveau ses branches et elle fut recouverte de feuilles et n'eut plus froid. Comme elle avait peur, pour la rassurer, le vieil érable commença à émettre un son très doux qui était en fait, une très, très vieille chanson que seuls connaissaient les très vieux érables. Elle s'endormit. Dans son rêve, elle entendit le vieil érable lui dire :
"Le temps n'existe pas. Il est un instant, puis mille. Il dort. Il s'éveille. Pour lui, le bonheur, c'est d'être là. Profite du moment. Ce Noël sera le plus beau. À ton réveil, tu devras…"

             Quand la jeune femme s'éveilla, elle se rappela les paroles du vieil arbre. Elle alla près d'une grosse racine. Elle y trouva comme il lui avait dit, un trou juste assez grand pour y glisser sa main, puis son bras. Elle sentit quelque chose s'y poser. Puis, elle sortit tout doucement sa main.

              Ô surprise, dans le creux de celle-ci étai logée une petite fée, la fée du temps des sucres ! Elle s'envola, et la jeune femme comprit qu'elle la guidait dans la tempête. Arrivées à la maison, la fée retourna retrouver le vieil érable et son secret.


À la vue de la jeune femme, ses parents qui étaient très inquiets, la serrèrent très fort dans leurs bras. Ils la réchauffèrent et lui demandèrent de leur raconter ce qui lui était arrivé. Elle parla de bien des choses, mais, ainsi qu'elle l'avait promis au vieil érable, elle ne parla jamais de son rêve ni de la petite fée.

La cuisine sentait bon. La maison était parfumée à l'odeur des bons plats que sa mère avait préparés. La jeune femme se rappela que le vieil érable lui avait dit :
"Tu passeras le plus beau des Noëls…"

Cette année-là, la tempête dura si longtemps que la jeune femme et sa famille ne purent sortir pour Noël. Ils restèrent plusieurs jours ensemble à rire, à se rappeler tant de beaux souvenirs, puis à en inventer de nouveaux. Bien au chaud, dans leur maison, le soir de Noël, ils prirent le temps d'être ensemble, parlèrent tant et si bien et si tard et eurent tant de plaisir à se retrouver, qu'ils en oublièrent même les cadeaux, tout occupés qu'ils étaient à partager un si beau moment.

Ce fut, comme lui avait promis le vieil érable, son plus beau Noël. Pendant quelques jours, comme par magie, le temps s'était arrêté.


 ***

Conte fourni par la Fédération des producteurs acéricoles du Québec
Envoyé par Mark D., Québec



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...