BIENVENUE

Des petites histoires à retrouver avec plaisir ou à faire découvrir à vos enfants


mercredi 19 janvier 2011

Une mésaventure

 

Il y avait une fois quatre petits frères qui s'ennuyaient de leur vie habituelle. Or, un jour, le maître de la ferme alla à la ville voisine avec toute la maisonnée, famille et serviteurs, pour assister à la fête du pays ; seuls les animaux demeurèrent au logis, et, par mégarde, la porte de la salle où étaient réunis les quatre frères était mal fermée, si bien qu'ils se trouvèrent libres de courir les environs.
- Profitons-en ! s'écrièrent-ils d'une seule voix.
Oh ! Tous avaient envie de singer leurs maîtres en s'affublant de leurs vêtements. Les voici donc grimpant au galop vers la réserve aux habits, dont ils connaissaient à peu près la place pour avoir souvent vu la servante les secouer par la fenêtre.
L'un d'eux, jaloux de ressembler à une dame de grande maison, se décida plutôt pour une robe de soie verte avec chapeau et ridicule assorti :
- N'ai-je pas bonne mine ? fit majestueusement la dame improvisée ; et si je vais à la ville faire mes emplettes, les commis ne me serviront-ils pas chapeau bas ?
- Regardez ! dit un autre ; n'ai-je pas tout l'air du frère de Madame le docteur Jeune-France quand, sa grande médaille d'honneur sur la poitrine, il va lisant ses grimoires de médecine ?
- Et moi, est-ce que je ne ressemble pas à John lui-même, quand il se prépare à aller jouer au foot-ball avec les jeunes Anglais du pensionnat Bellemanière ?"
"Moi, je ne demande qu'une bicyclette pour paraître un des meilleurs membres du Veloce-ClubVeloce-Club ! s'écria le quatrième frère en quittant précipitamment le cabinet de toilette pour aller chercher sa monture. Ses frères le suivirent aussitôt, désireux de se pavaner au dehors.
Mais, hélas ! A peine la noble dame avait-elle fait deux pas qu'elle s'embarrassait dans sa robe, et, perdant l'équilibre, roulait au bas de l'escalier.
Pendant ce temps, l'émule du docteur Jeune-France, trop absorbé par sa lecture pour regarder son chemin, faisait un plongeon dans la mare, et le pseudo John, en brandissant sa raquette, se donnait sur le nez un tel coup qu'il en voyait trente-six mille chandelles.
Le quatrième héros, enfin, le membre du Véloce-ClubVéloce-Club, se jetait avec sa machine contre le premier mur venu, et s'y contusionnait sur toutes les coutures !
Or le maître rentrait et il menaçait ses pensionnaires de les poursuivre à coups de fusil s'ils ne réintégraient au plus tôt le logis de leur plein gré !
Qui fut penaud ? Qui ne souhaitait plus qu'une chose, se débarrasser au plus vite de ses oripeaux, pour reprendre son ancienne figure, quoique ce fût simplement une figure de goret ?
Ils accoururent donc, et heureusement ils étaient si drôles dans leurs accoutrements, que le fermier éclata d'un rire qui ne pouvait s'arrêter, de sorte qu'il leur pardonna à condition qu'ils ne recommenceraient jamais.
"Ne forçons point notre talent ; nous ne ferions rien avec grâce."

***
Tat' Nane - 1897

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...