BIENVENUE

Des petites histoires à retrouver avec plaisir ou à faire découvrir à vos enfants


mercredi 26 mai 2010

Le chemin des serpents

Simon sursaute : Ououououh là là ! En voilà un ! Et là encore un. Et là, un autre. Cccccce n'est pas possible, ils ssssssont partout. Je ne ferai pas un pas de plus dans ces condittttttions.
Simon est un petit garçon courageux, un peu, pas trop, pas fou en tous cas. pas au point de faire n'importe quoi. Comme de marcher sur ce chemin infesté de sssssserpents. Oui, parfaitement, des serpents. Et il y en a tellement que Simon a beau être courageux, un peu, pas trop, il en arrive à bégayer, et son bégaiement ressemble au sifflement des serpents.
Ils sont partout, ils traversent tranquillement le chemin, son chemin. mon chchchchemin ! dit Simon. Il écarte les jambes, marche sur la pointe des pieds. Il est pris au piège. Il faut bien qu'il avance, pour leur échapper, mais s'il avance, il risque de les écraser. Et alors là, que va-t-il se passer : ils vont se redresser, siffler, baver et peut-être même... le mordre.
Oui, c'est sûrement ça. Ils sont en train de préparer leur coup. Simon les voit ricaner dans la boue. Il est presque sûr de voir leurs dents luire dans la drôle de lumière du chemin. Le ventre des serpents est luisant, lui aussi. Tout est gris. C'est inquiétant.
Simon enfonce les mains dans les poches de son ciré et tire sur ses bottes, comme pour se protéger le plus possible. S'il pouvait ne laisser dépasser que le bout de son nez, et encore. S'il pouvait le rentrer aussi, il serait plus tranquille.
Tiens, un drôle de serpent, se dit-il. Beaucoup plus gros,mais moins long, avec des antennes. Puis, tiens, un autre drôle de serpent plus gros, moins long, avec des antennes et une coquille sur le dos. Le premier est une limace, le deuxième, un escargot. Et les sssserpents sont... des vers de terre. Il pleut. Ils sont de sortie sur le chemin humide où ils s'étalent paresseusement, en riant de la peur qu'ils font au petit garçon. Le chemin des serpents n'est que le chemin des vers de terre.
Mais personne ne sait que là, un peu plus bas, dans le fossé, caché, il y a un vrai serpent qui attend son heure, qui attend des jours meilleurs pour sortir, quand le chemin sera sec et chaud et qu'il pourra s'y étirer paresseusement. Un peu vexé, il se dit : et moi, pourtant, je ssssuis un vrai ssssserpent. Et ce chchchchemin, c'est le mien. Alors, c'est bien le chchchchchemin du ssssserpent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...