BIENVENUE

Des petites histoires à retrouver avec plaisir ou à faire découvrir à vos enfants


mardi 4 mai 2010

Gentil coquelicot

Une maman se promène avec ses deux petites filles dans un grand champ de blé.
- Gentil coquelicot, Mesdames, gentil coquelicot nouveau !
- Maman, alors un coquelicot, c'est gentil ? demande une des petites filles qui est très gentille, elle aussi
- Bien sûr, ma chérie, dit la maman, et regarde comme c'est beau.
A ces mots, le coquelicot rougit. Il devient tout rouge... comme un coquelicot.
Le coquelicot a une préférence pour les demoiselles, c'est dit dans la chanson.
- Des dames , il ne dit rien mais des d'moiselles beaucoup de bien, explique la maman.
- Moi, je ne dis rien du tout, pense le coquelicot tout rouge.
Jalouse, l'ortie fait ce qu'elle sait faire pour se faire remarquer : elle pique. Elle choisit l'autre petite fille, celle qui est moins gentille. De colère, celle-ci piétine l'ortie mais plus elle la piétine, plus l'ortie la pique. Alors elle se met à piétiner le coquelicot, le gentil coquelicot qui n'a rien fait.
- Tu vois ce chardon, dit la maman pour changer de sujet. Qui s'y frotte, s'y pique, attention.
- C'est quoi, Kicifrotcipik ? demande la gentille petite fille.
- Je vais te montrer, moi, ce que c'est, dit la moins gentille en commençant à le piétiner.
- Décidément, piétiner de colère, c'est tout ce que tu sais faire, dit la maman.
Mais pendant ce temps, le chardon, vexé, se défend.
- Puisque c'est ainsi, moi aussi je vais piquer.
- C'est très joli un chardon, dit l'une
- Les orties, les chardons, quelle horreur, dit l'autre.
( Mais non, se dit un ânon qui passait par là. pas du tout, moi, je les trouve très bons. Et il avale un chardon d'un seul coup !)
Tous les coquelicots du grand champ, le sorties, les chardons et même les boutons d'or du pré d'à côté, les violettes et les pâquerettes se disent que la petite fille gentille est vraiment très gentille et décident de lui faire un cadeau.
Et c'est ainsi que l'on voit repartir la maman avec ses deux petites filles : une qui a les cheveux blonds comme un champ de blé en été, des yeux de violettes, des dents comme des pâquerettes, les joues comme des coquelicots et des boutons d'or sur son tricot.
Et sa sœur, le visage vert et pointu comme une ortie, les cheveux piquants comme des chardons bleus (ou comme un hérisson, se dit un hérisson qui passait par là !).
Et voilà le résultat : on est plus jolie quand on est gentille, se disent les coquelicots, violettes, pâquerettes et boutons d'or, orties et chardons. Et voilà une petite fille gâtée par la nature ! se disent l'ânon et le hérisson.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...