BIENVENUE

Des petites histoires à retrouver avec plaisir ou à faire découvrir à vos enfants


jeudi 8 avril 2010

Doux comme un agneau

Voici l'histoire d'un agneau insupportable qui avait très peur de finir en gigot.
Il était très turbulent, courait partout et passait son temps à bousculer ses frères et sœurs. De plus, il était très gourmand, mangeait trop et devenait trop gros. Ses frères, sœurs et parents, tous lui disaient :
- Si tu continues ainsi, le boucher va arriver avec un grand couteau et te transformer en gigot !
Un jour, pendant que toute sa famille faisait la sieste au doux soleil d 'avril, le petit agneau réussit à se faufiler sous les barbelés. Il se retrouva ainsi dans le champ d'à côté et se mit à gambader. Tout cela était très gai. Les fleurs lui parlaient, le soleil le caressait, le vent lui chuchotait doucement le snarines et le faisait éternuer. Il rencontra une grenouille qui lui dit :
- Pourcôa n'est-tu pas dans ton champ, comme avant ? Pourcôa es-tu dans le champ d'à côté , Tu n'es pas à ta place.
Mais l'agneau ne l'écouta pas et poursuivit son chemin vers le bois. Là, c'était un peu moins gai. Les champignons ne lui parlaient pas, le soleil et le vent n'étaient pas assez forts pour arriver jusqu'à lui. Il rencontra un brin de muguet qui lui dit :
- Que fais-tu là ? Tu n'es pas à ta place. moi non plus, je sais, mais moi je n'y peux rien. Toi, si. Tu devrais rentrer.
Mais l'agneau ne l'écouta pas et continua vers la forêt. Dans la forêt, ce n'était pas très gai. le soleil et le vent s'étaient arrêtés depuis longtemps. Il rencontra un loup qui lui dit :
- Ne reste pas là. je n'ai pas faim pour l'instant, mais ne me tente pas. Si tu étais avec les tiens dans ton champ, je n'irais pas te chercher car je suis un loup bien élevé. mais là, tu n'es pas à ta place.
Mais l'agneau continua. Il traversa la forêt et tomba nez à nez avec un boucher. Avec son grand couteau, il cherchait justement un agneau à transformer en gigot L'agneau se dit :
- Cette fois, c'en est trop. Finalement, ce n'est pas mieux ici, je cours les mêmes dangers, je ferais peut-être bien de retourner dans mon champ.
Il prit ses jambes à son cou et retraversa la forêt, le bois et le champ d'à côté. Si vite que le loup, le muguet et la grenouille crurent voir passer une fusée.
Quand il arriva enfin dans son champ, après s'être faufilé sous les barbelés, ses frères, sœurs et parents furent si heureux de le retrouver qu'il fut à peine grondé. L'agneau insupportable devint enfin doux comme un agneau, mais il garda dans sa tête, dans un petit coin, des rêves de pays lointains.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...