BIENVENUE

Des petites histoires à retrouver avec plaisir ou à faire découvrir à vos enfants


mardi 9 mars 2010

M. et Mme Simili

M. et Mme Simili sont très fatigants. Car ils font toujours semblant. Semblant de tout. Semblant de rien. C'est énervant à la fin. Surtout pour leurs enfants. Qui aimeraient, vraiment, que leurs parents fassent un jour quelque chose "pour de vrai".
Chez les Simili, tout est faux. Le canapé du salon est en simili-cuir, c'est-à-dire du vrai-faux. M. Simili porte une montre en simili-or massif (vrai faux or...) et des chaussures en faux crocodile. Mme Simili porte une perruque et des faux-cils. Même leurs amis : ce sont des faux amis, pas de vrais amis, tout le monde le dit. Même leurs paroles : on ne sait jamais s 'ils disent vrais. On pense qu'il faut croire le contraire de ce qu'ils disent pour savoir la vérité. C'est vraiment compliqué. mais leurs enfants ont peur : et, si un jour, ils disaient vrai du premier coup. Comment on le saurait ? Emilie Simili, en particulier, en a assez. C'est très dur pour elle, car elle est l'aînée. Et puis tout le monde se moque d'elle à l'école. On dit qu'elle a un "faux air" de folle.
Un jour, les enfants se retrouvent tout seuls chez eux. Leurs parents ont fait semblant de sortir, comme d'habitude, après leur avoir préparé un semblant de petit déjeuner. Le petit dernier, hélas, n'a pas compris que ses parents disaient vrai le jour où ils lui ont dit : " On ne joue pas avec le feu". Or, il y avait de vraies allumettes, à côté des fausses bûches qui flambent en un faux feu toute la journée dans leur cheminée. Le petit garçon s'est amusé à allumer le faux feu qui brûlait déjà (car il n'a pas besoin de ça, il marche à l'électricité). Un faux pli dans les rideaux qui n'étaient pas loin, s'est enflammé, puis une pile de faux papiers à côté de la cheminée. Et c'est un vrai incendie qui s'est déclaré chez les Simili.
Il y avait surtout beaucoup de fumée. Au feu ! Au feu ! a crié Emilie. Le temps que les voisins se disent : " Il n'y a pas de fumée sans feu, même chez les Simili", et les pompiers étaient là. Et les parents, accourus vraiment pour serrer tès fort dans leurs bras leurs enfants. Et pleurer de vraies larmes, enfin, de vrais crocodiles, cette fois pas comme les chaussures de M. Simili. Les enfants se sont enfin rendus compte que chez leurs parents, il y avait quelque chose de véritable : l'amour qu'ils portaient à leurs enfants. Et c'est tout de même là l''essentiel, le plus important.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...