BIENVENUE

Des petites histoires à retrouver avec plaisir ou à faire découvrir à vos enfants


mercredi 29 juillet 2009

Il faut des cheveux pour être heureux

Il était une fois deux soeurs jumelles. Marion avait les cheveux longs, qui poussaient chaque nuit jusqu'au pied de son lit. L'ennui est qu'au pied de son lit, il y en avait un autre : celui de sa soeur Emilie, puisqu'elles dormaient dans des lits superposés.

Emilie se plaignaient car les cheveux de Marion venaient lui chatouiller le bout de son nez et la faisaient éternuer. Elle trouvait cela effrayant : la nuit, ils se comportaient, disait-elle, comme des êtres vivants, ils ressemblaient même à des serpents. Le jour, on disait simplement que Marion avait une belle chevelure, qu'elle avait fière allure. Ce qui rendait Emilie, coiffée comme un garçon, malade de jalousie. Elle se disait : "Il faut des cheveux pour être heureux, moi, je ne le serai jamais". Car les siens étaient paresseux et poussaient très lentement. Marion en profitait, elle se pavanait, se croyait la plus belle, n'ayant jamais aucune pitié pour sa jumelle.

Mais un matin, enfin, Emilie comprit que Marion n'était pas aussi heureuse et chanceuse qu'elle en avait l'air. Ses cheveux avaient tellement poussé pendant la nuit qu'elle se prit les pieds dedans en se levant et tomba de son lit. Ils s'enroulèrent autour de son corps comme un boa constrictor. Leur mère arriva en courant, entendant des hurlements. Les cheveux faisaient des noeuds. Elle fut obligé de les couper en quatre, et Marion partit à l'école coiffée comme une folle.

Tout le long du chemin, elle se pavanait moins, et avoua enfin à sa soeur tous ses malheurs. Qu'elle arrivait en retard à l'école tous les matins, parce qu'il fallait les brosser, les coiffer pendant des heures, qu'il fallait au moins trois shampooings, que défaire les noeuds la mettait en pleurs, qu'il fallait les couper tous les jours, qu'Emilie ne se rendait compte de rien, car elle partait avant elle tous les matins, qu'elle avait bien de la chance d'avoir les cheveux courts. Elle reconnut aussi qu'elle était vaniteuse, orgueilleuse, bref, elle reconnut tous ses torts, ce qui la libéra du mauvais sort : ses cheveux se mirent à pousser normalement.
Ceux d'Emilie aussi, parce qu'elle avait pardonné à sa soeur.

Quelques mois plus tard, leurs cheveux avaient le même longueur et elles se ressemblaient, enfin, vraiment, comme deux jumelles qu'elles étaient.


2 commentaires:

  1. Joli conte, mais est-ce une histoire à mettre entre les mains d'un chauve ? ;-)

    Elle me fait aussi penser aux frères Dupont et Dupond dans Tintin.

    ... mais où va tu chercher toutes ces belles illustrations ?

    RépondreSupprimer
  2. Hi hi hi... Je ne parlais pas aux chauves mais aux petites filles qui rivalisent d ebeauté avec leurs cheveux !!

    Quant aux illustrations, j'en ai tout un stock dans mon PC, collectionnées quand je faisais partie des groupes MSN... d'où parfois mon souci à ne pas toujours retrouver les auteurs !
    Si, amis bloggeurs, vous en reconnaissez... à m'avertir pour donner les liens !
    Bises

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...