BIENVENUE

Des petites histoires à retrouver avec plaisir ou à faire découvrir à vos enfants


mardi 5 mai 2009

L'Ecosse et les petits pois

Il était une fois un escargot. Poil au dos. Ah non, je n'ai pas un poil sur le dos, ni sur le caillou, pas du tout. Bougon, l'escargot de Bourgogne essaie de raconter ses vacances à l'école des escargots, mais les élèves sont taquins et Lascar, son ami, ne rate pas une occasion pour se moquer de lui !
Mademoiselle Grimace, la maîtresse limace, en a déjà assez. Il va falloir qu'elle soit plus sévère. L'année dernière, ils avaient un maître escargot, Monsieur Ramollo, qui était beaucoup plus autoritaire.
Enfin voilà l'histoire : au mois de juillet, l'escargot a eu trop chaud, alors, avec toute sa famille, il a pris lentement mais sûrement le chemin des vacances, sa maison sur le dos. Il s'est fait doubler sur l'autoroute par de grosses caravanes, des mobile homes, des camions, des voitures, pourtant plus gros et plus lourds que lui mais qui roulaient beaucoup plus vite.
- Ils t'ont tous laissé sur place, ricanent les limaces, dans le fond de la classe.
- Vous pouvez rire, répond Bougon, c'est toujours nous qui portons tout.
Bref, il a mis un bon mois pour arriver là-bas, là où ils voulaient aller, c'est-à-dire un endroit frais et plein d'humidité, mais tant pis. Ils ont vu du pays, les vacances, c'est ça aussi. Ils sont arrivés jusqu'en Ecosse ! Là-bas, raconte-t-il, il fait bien froid, et les gouttes de pluie sont grosses comme des petits pois.
- On ne te croit pas ! disent les limaces, tu mens, ça se voit, tes antennes ont bougé.
Ils sont arrivés au mois d'août, pas si doux, un vrai délice, froid gris pluie vent, à volonté, comme au Club Méditerranée. Ils ont été effrayés ; nous avons mis tant de temps que nous sommes arrivés à l'automne ? non, non, c'était bien le mois d'août. Ils se sont amusés comme des fous, prélassés dans la boue, baignés dans les flaques, se sont moqués de ces drôles d'animaux qui rentraient tous dans leurs drôles de coquilles, qu'on appelle caravanes, ou tentes, et qui, de temps en temps, sortaient une antenne, comme un périscope, pour voir la pluie et puis rentraient bien vite.
- Ils n'avaient pas l'air content ? demandent les limaces.
- Non, ils ne savent pas ce qui est bon.
Bougon, parti comme d 'habitude de mauvaise humeur, est revenu très détendu... jusqu'à ce que son ami Lascar se moque de lui une fois de plus. A cause du petit souvenir qu'il a rapporté - évidemment, il ne passe pas inaperçu : là-bas, il s'est fait repeindre la coquille... en écossais !

***

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...