BIENVENUE

Des petites histoires à retrouver avec plaisir ou à faire découvrir à vos enfants


mardi 14 avril 2009

Les aventuriers de l'âne perdu

Cette fois-ci, c'est le père Petitapeti qui a perdu son âne gris.
C'est un âne du Cotentin. Il s'appelle Martin. Et comment faire pour le trouver ? C'est simple, il n'y a qu'à chercher. Il fait venir toute une bande de "gamins" comme il les appelle parce qu'il les aime bien, et les envoie à la recherche de l'âne perdu. Non sans quelques recommandations :
- Appelez-le par son prénom, il viendra, il adore ça. Si vous voyez un boeuf, cherchez pas loin, il apprécie leur compagnie.
C'est une véritable aventure qui attend les "gamins" dans ce pays lointain, la Normandie, où tous les ânes sont gris et l'herbe verte. Le chef de la bande se nomme Augustin. Apercevant de belles vaches le long du chemin, il leur demande :
- Pardon Mesdames, savez-vous où nous pourrions trouver un boeuf ?
Mais elles n'en savent rien. Tout ce qui les intéresse, c'est de regarder passer les trains. Même s'ils ont l'air d'être devenus fous, aujourd'hui, et que ça les rend un peu folles elles aussi.
- ça y est, je l'ai trouvé, s'exclame Augustin.
C'est vrai, devant lui, là, au milieu des chevaux, tranquille, il y a un petit âne gris.
Mais derrière, un peu plus loin, il y a aussi une dizaine d'ânes comme lui !
- Lequel d'entre vous s'appelle Martin ?
- Moi ! répondirent en choeur les baudets.
Le père Petitapeti leur avait dit, vous n'aurez qu'à l'appeler, mais il avait oublié que tous les ânes s'appellent Martin ! Il leur avait bien dit aussi que c'était un petit âne gris, mais rien ne ressemble plus à un âne du Cotentin qu'un autre âne du Cotentin. Ils ne sont pas plus différents que des gouttes de rosée dans un champ normand !
- C'est pas gagné, dit Augustin.
- Ah ! Je sais, se rappelle-t-il soudain, il nous avait dit : vous verrez, il porte une croix, la croix de Saint André, sur le dos, vous ne pourrez pas le rater. Mais là aussi... chacun sa croix !
- Savez-vous à qui vous appartenez, au moins ?
- Nous n'appartenons à personne, nous sommes des ânes libres.
- Et ça vous plaît ? Vous n'avez pas envie, par hasard, d'aller habiter chez le père Petitapeti, il est si gentil.
- Pourquoi pas , on peut toujours essayer.
Du coup, Martin, le bon, se décide enfin.
- C'est moi, hi han, j'avais peur d'être puni, mais j'ai encore plus peur de voir tous ces ânes Martin débarquer chez le père Petitapeti, et de perdre ma place d'âne préféré !

***
Image : Pour tous les amoureux des ânes

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...