BIENVENUE

Des petites histoires à retrouver avec plaisir ou à faire découvrir à vos enfants


mercredi 18 février 2009

Accident d'hirondelles


- Que s'est-il passé ? demande le policier. Y a-t-il des témoins ?
- Oui, moi, dit la tortue. Je marchais tranquillement, sur le chemin. Quand tout à coup, j'ai vu deux éclairs blancs, ou noirs, je ne me souviens plus très bien. Tout s'est passé si vite.
- Madame l'hirondelle s'est prise pour un avion à réaction, et mademoiselle, elle, a dû s'imaginer qu'elle était une fusée, ajoute le lapin. A force de virevolter, ça devait arriver monsieur le policier. A cette vitesse-là, ça ne pardonne pas. Elles sont intenables, cette année. Elles ne font pas leur métier. Leur travail est de faire le printemps, pas la course. Je suis lapin de Pâques, moi, monsieur, que dira-t-on si je me mets à distribuer les œufs en février ?
- Et moi, dit la tortue, que dira-t-on si je me mets à galoper ?
- Au lieu de bavarder et de vous préoccuper du Qu'en dira-t-on, vous feriez mieux de vous occuper de nous, gazouille madame l'hirondelle.
- Je suis sûre que j'ai une aile cassée, gémit mademoiselle.
- Ça va, ça va. La prochaine fois, je vais vous faire voler droit, moi, gronde le policier.
- Droit ? Ça m'étonnerait. Il n'est pas né celui qui pourra nous faire voler droit.
- Mangez-vous des nids d'hirondelle ? demande mademoiselle.
- Pouah ! Quelle idée, c'est pour les chinois, disent le lapin et la tortue.
- Assez parlé, je vais m'occuper d'elles, il faut mettre une attelle dit le policier. Je vous emmène à la ville.
Et il les embarque sur son vélo.
- Une, deux, trois hirondelles, dit un homme éberlué en les voyant passer. Cette fois le printemps est bien entamé.
- Pourquoi dit-il ça ? Nous ne sommes que deux. Où est la troisième ?
- C'est moi, dit fièrement le policier. Un policier en vélo s'appelle aussi une hirondelle.
- Qu'est ce qu'elle a volé, la p'tite hirondelle ? disent ceux qui les voient passer.
- Qu'est ce qu'elle a volé ? Trois p'tits sacs de blé.
- C'est pas vrai, c'est pas vrai, proteste mademoiselle.
A la ville, un gentil vétérinaire remet l'aile de mademoiselle. Pour le remercier, elle bat de l'aile et, très vite, les deux hirondelles repartent très haut dans le ciel.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...