BIENVENUE

Des petites histoires à retrouver avec plaisir ou à faire découvrir à vos enfants


lundi 15 décembre 2008

Le Noël de Compère Lapin


Un beau matin d'hiver, Compère Renard se glissa dans le jardin de Compère Lapin pendant que celui-ci rendait visite à Compère l'Ours et déterra ses plus belles carottes dont il remplit un grand sac. A son retour, Compère Lapin entra dans une colère effroyable à la vue de son carré de carottes tout retourné.
"C'est Compère renard qui a fait ça, j'en suis sûr ! Je reconnais ses empreintes et les poils de sa queue !" s'écria-t-il et ses moustaches se mirent à trembler de rage. "Mes plus belles carottes d'hiver ! Disparues ! Il faudra qu'il me les rende, ou je ne m'appelle plus Compère Lapin !"
Il partit donc en trottinant ho ! hop ! hop ! et bientôt son petit nez se fronça à la bonne odeur de soupe qui venait de la cuisine de Compère Renard.
- Ecoute-moi bien ! lui dit-il très en colère. Je sais parfaitement que ce sont mes carottes qui sont en train de bouillir dans ta marmite. Tu vas me les rendre tout de suite ! Alors ouvre-moi la porte !
- Pas de chance ! ricana Compère Renard. Je n'ai pas l'intention d'ouvrir avant la fin de l'hiver. J'ai des provisions de carottes, grâce à mon généreux ami Compère Lapin, et de belles réserves pour Noël. Mes fenêtres resteront fermées et ma porte bouclée, alors déguerpis en vitesse ! Je tiens à déguster en paix ma première assiettée de soupe de carottes.
Compère Lapin, au comble de la fureur, se mit à donner dans la porte des grands coups de pied : bam ! boum ! et des grands coups de poing bing ! bang ! En vain. "Mon généreux ami Compère Lapin ! ça alors ! Quel toupet !" Il s'en alla furibond, en grommelant dans ses moustaches.
Tout à coup, il se mit à réfléchir, fit une cabriole, puis deux, suivies de quelques entrechats. Il avait trouvé un plan d'action magnifique. Le temps d'arriver chez lui, il était d'excellente humeur : il allait bel et bien récupérer ses carottes et donner une bonne leçon à Compère Renard par-dessus le marché.
Le soir de Noël, Compère Lapin remplit de pierres un grand sac, le jeta sur son épaule, grimpa sur le toit de la maison de Compère Renard et fit un vacarme épouvantable.
- Qui est là ? cria Compère Renard. Fichez le camp immédiatement ! Je suis en train de préparer mon repas.
- C'est le Père Noël, répliqua Compère Lapin d'une bonne grosse voix. J'apporte un grand sac rempli de cadeaux.
- Ah ! Ah ! Alors ça change tout ! s'exclama Compère Renard. Soyez le bienvenu, cher Père Noël ! Descendez par la cheminée !
- Impossible, je suis coincé, reprit Compère Lapin.
Alors Compère Renard leva le loquet, sortit jeter un coup d'oeil et constata que quelqu'un était en effet perché sur son toit. Il rentra en toute hâte et s'écria :
- C'est bon, Père Noël, ne vous donnez pas la peine de descendre par la cheminée ! Laissez tomber votre sac : je l'attraperai !
- Impossible ! Il est coincé lui aussi, hurla Compère Lapin en riant sous cape. Mais écoute bien, Compère Renard ; glisse-toi dans la cheminée, attrape la ficelle qui ferme le sac et tire fort, très fort.
- C'est facile ! répliqua Compère Renard. Attendez-moi, j'arrive ! Et il disparut dans la cheminée.
Comme un éclair, Compère Lapin descendit du toit et entra par la porte ouverte. Il trouva dans un sac ses carottes et sur la table une belle oie rôtie et un énorme pudding. Il s'empara du tout et s'éclipsa en vitesse pendant que Compère Renard se hissait péniblement dans la cheminée. Le malheureux ne vit pas la ficelle mais il la sentit et tira de toutes ses forces.
Alors le sac s'ouvrit et badaboum ! toutes le spierres dégringolèrent en plein sur la tête de Compère Renard qui descendit sans demander son reste.
Pauvre Compère Renard ! Il se trouvait dépouillé de son repas de Noël, et la tête tout endolorie.
Ce coquin de Compère Lapin, quant à lui, se tordit de rire, mais en ce jour de Noël, et pendant quelque temps encore, il se garda bien de rencontrer Compère Renard sur son chemin.


4 commentaires:

  1. uisTrès joli petit conte. Renard n'a qu'à se mettre au régime sans carotte.
    J'ai adoré.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Pierre-Louis... la curiosité m'a aidée à pousser la porte de ton antre et j'y ai découvert des merveilles, aussi, j'ai semé quelques petits cailloux pour te retrouver plus vite !
    A bientôt

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...